Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/06/2013

Manifestation de notre désintérêt, par Jean Rouaud

 "longtemps on a pensé que la seule voie pour corriger les états désastreux du monde était de s'emparer des commandes du pouvoir. de là, appuyant sur les boutons et actionnant les manettes, il serait possible de modifier la figure des choses, réduire l'injustice, éradiquer la misère. et quand la prise de pouvoir semble une perspective trop lointaine on invente de se glisser dans ses rouages pour le subvertir de l'intérieur. mais rien à faire. on ne se subvertit que soi-même."

manifestation de notre désintérêt.jpgLe livre est petit, l'écriture soignée, d'une intelligence vive, ça respire la poésie, un certain romantisme. On serait presque tenté de le comparer au petit livre à succès de Stéphane Hessel mais cela serait manquer d'originalité. Pour ma part le livre de Jean Rouaud m'a surtout procuré la même émotion que le petit essai intitulé La taille de l'Homme, de notre grand écrivain suisse-romand Ferdinand Ramuz, qui écrivait : "il ne suffit pas de fuir, il faut fuir dans le bon sens". C'est ce que fait Jean Rouaud. Il nous invite à fuir dans le bon sens avec cette Manifestation de notre désintérêt: désintérêt pour les marchés qu'il faudrait rassurer, désintérêt pour les nouvelles technologies, sensées nous rendre la vie plus simple, et j'en passe... c'est que, comme l'indique finalement l'auteur : "pour ce qui nous intéresse, disons qu'il y a de la marge". En peu de pages (24!), Jean Rouaud s'adresse à ceux que ce monde n'enchante plus guère et les invite à se désintéresser du "progrès" dont parlait si bien Walter Benjamin dans ses Thèses sur le concept d'histoire : "Il a le visage tourné vers le passé. Où paraît devant nous une suite d'événements, il ne voit qu'une seule et unique catastrophe, qui ne cesse d'amonceler ruines sur ruines et les jette à ses pieds. Il voudrait bien s'attarder, réveiller les morts et rassembler les vaincus. Mais du paradis souffle une tempête qui s'est prise dans ses ailes, si forte que l'ange ne peut plus les refermer. Cette tempête le pousse incessamment vers l'avenir auquel il tourne le dos, cependant que jusqu'au ciel devant lui s'accumulent les ruines. Cette tempête est ce que nous appelons le progrès".

Espérons seulement que, contrairement à Indignez-vous!, la grande majorité des lecteurs n'iront pas acheter leurs exemplaires dans une Fnac, ou pire encore, sur Amazon...

17:37 Publié dans Blog, Livre | Lien permanent | Commentaires (0)