Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/07/2014

La carte postale du jour ...

"Je préfère me débarrasser des faux enchantements pour pouvoir m'émerveiller des vrais miracles." - Pierre Bourdieu

eric chauvier, contre télérama, minny pops, temps, time, allia, factory

Je me souviens de cet entretien lu dans un magazine où Daniel Miller (fondateur du label Mute) expliquait qu'à la fin des années septante produire de la musique synthétique était définitivement plus punk que faire du (punk)-rock - et ô combien je lui donne raison encore aujourd'hui, surtout quand j'écoute Minny Pops et leur musique synthétique minimale aux tons gris-noir.
Je me souviens avoir pensé que Minny Pops n'était pas un groupe new-wave comme Orchestral Manoeuvres in the Dark, ni post-punk comme Joy Division, encore moins de no-wave new-yorkaise comme Circus Mort (le groupe de Michael Gira avant les Swans), mais que pour ces néerlandais là le terme de Dada-muzak était le plus approprié peut-être.
Je ne me souviens pas avoir jamais vraiment "craqué" pour un titre en particulier de Minny Pops, à part peut-être ce Time au refrain basique, et donc entêtant :

"Wasting, wasting time-time
we are wasting, wasting time-time,
we are wasting, wasting time-time,
we are wasting precious time-time"

Je n'ai par contre pas perdu mon temps à lire cet excellent petit livre d'Eric Chauvier qui en 52 entrées (Culture, Nuit, Musique, ...) dresse un portrait d'une "zone périurbaine". Son regard est celui d'un anthropologue, ses références sont Adorno, Michel de Certeau et Marcuse, et c'est en adoptant le genre de la fiction littéraire qu'il arrive à cerner tout le complexe d'une banlieue pavillonnaire comme il en existe tant dans les pays occidentaux. C'est génial (et je réjouis de la sortie imminente de son prochaine livre : Les mots sans les choses, toujours chez Allia, trois fois hourra!) :

"TEMPS. - Un peu comme on se réveille d'un mauvais rêve, nous nous sommes rendu compte, après avoir décidé de nous arrêter sur notre mode de vie et de réfléchir à notre existence dans ce cadre périurbain, que notre temps s'égrenait au rythme du flux des voitures circulant dans notre rue. Nous avions, certes, des repères de type chronologique, mais ceux-ci n'étaient que la surface illusoire de notre existence. De façon plus profonde, notre temps est rythmé de manière quasi inconsciente par les bruits des voitures aux heures de pointe ou bien le calme total qui, aux heures creuses, s'abat sur notre rue comme sur un enterrement."

20/07/2014

La carte postale du jour ...

"Tous les autoportraits, tous les mémoires ne sont que des impostures conscientes, ou, plus tristement encore, inconscientes."

- Henri Laborit, éloge de la fuite (1976)

tones on tail, roberto arlt, bauhaus, daniel ash, peter murphy, l'écrivain raté

Je me souviens avoir acheté ce disque pour sa pochette minimale, j'étais certain qu'elle serait du plus bel effet aux côtés de celle toute verte et tout aussi simple du premier maxi de New-Order : Ceremony.
Je me souviens qu'il fallait autrefois choisir sa chappelle : Rolling Stones ou Beatles, guitare ou synthé', rock 'ricain ou pop britannique, je me suis alors demandé s'il fallait choisir entre les membres de feu-Bauhaus : le dédaigneux mais génial compositeur Daniel Ash (Tones on Tail) ou le dandy magnifique mais arrogant Peter Murphy, comme s'il fallait toujours choisir entre fromage et dessert et que si vous aviez le malheur d'opter pour les deux, vous passiez pour une personne sans tact ni délicatesse, tiède et consciliante, sans personnalité. Mais comme je m'en fous, j'ai finalement choisi les deux.
Je me souviens avoir eu le béguin pour Lions de Tones on Tail dès sa première écoute, pour son ambiance samba synthétique et dépressive, la voix douce quoique insidieuse de Daniel Ash, et puis cette phrase récurrente :

Lions always hit the heights
'Cause they kill, it's always been an easy way out

La solution de facilité c'est aussi celle choisie par le narrateur de L'Écrivain raté, ce court texte de l'argentin Roberto Arlt. Devant la page blanche il choisit de fonder d'abord un club des non-écrivains, puis de devenir critique littéraire pour dénigrer ceux qui écrivent encore... Satire anarchisante de la République des lettres, ce texte est un petit joyau.

"Nous mîmes au clair, sans que le moindre doute puisse subsister, que les génies officiels, les talents consacrés, c'était du baratin, et d'une lâcheté exemplaire. La menace d'un brûlot, l'insinuation d'une critique anticipée suffisaient pour que, malgré le fait qu'ils détestent notre jeunesse agressive, ils nous sourient amicalement en nous voyant et viennent à notre rencontre, nous adressant les éloges les plus grossiers et l'adulation la plus servile.
 Que notre oeuvre soit négative ne nous empêcha pas de révéler courageusement les escroqueries des bandits de la littérature ; nous démontrâmes que le romancier se vendait au breutteur d'idées, le poète à l'essayiste, constituant ensemble un ramassis d'épouvantables truands - qui adulaient sans réserve les politiciens, les hommes d'épée, troquant leurs scupuleuses besognes de laquais contre des prix bien réels qui provoquaient le rire du cercle des spectateurs. Quelle vie, mon Dieu, quelle vie !
 Là se dissipèrent le peu d'illusions qui me restaient encore sur la dignité humaine. La technique n'avait rien à voir avec l'homme. Ceux qui écrivaient une belle strophe étaient la plupart du temps des latrines ambulantes.
 Cette désillusion nous contamina tous, et un jour nous nous séparâmes. Notre cohésion résista aussi longtemps que les soudures de l'échec nous unirent.
 Pour finir, nous nous lassâmes de sévir dans le vide. Certains étaient excédés par les autres, et même un tantinet honteux des petites canailleries que nous avions commises en nous prévalant de l'impunité conférée par l'associaition des forces. L'homme finit par se fatiguer de tout, même de cracher à la figure de son prochain. Il faut convenir ici que nos insultes procédaient d'une bonne intention, mais il n'est pas possible d'être généreux éternellement, et nous nous dispersâmes. Deux ans étaient passés, peut-être plus."

13/07/2014

La carte postale du jour ...

"Comme la possession d'animaux sauvages est interdite par la loi et que je n'ai aucun plaisir aux animaux domestiques je préfère rester célibataire." - Karl Kraus

dimanche 13 juillet 2014.jpg

Je me souviens avoir été conquis par la voix sensuelle d'Anita Lane pour son interprétation du titre de Lee Hazlewood : These boots are made for walkin' repris par Barry Adamson en 1991, puis, peu après, pour avoir chanté la version anglaise de Blume des Einstürzende Neubauten, qui reste, aujourd'hui encore, un de mes titres favoris.
Je me souviens avoir souvent associé la voix d'Anita Lane à celles d'Hope Sandoval (Mazzy Star) et Jennifer Charles (Elysian Fields) pour cette tendance à me faire fondre tel un glaçon dans une vodka chaude.
Je me souviens m'être souvent demandé si la chanson The world's a girl était dédiée à Nick Cave avec qui elle avait eu une longue relation durant le début des années 80, à cause du texte bien sûr :

When my protests went wild
 You brushed me aside
 Like the finger of a child
 When I closed my eyes
 You took me from the pedestal
 Down to the abyss
 My soul was but consumed
 I thought you were inspired
 But you were just possessed
 

Possédée l'était aussi Helene Hanff, une Américaine si éprise des livres et de la lecture qu'elle fit appel en 1949 à la librairie anglaise Marks & Co. pour lui trouver des éditions rares qui l'obsédaient. La relation épistolaire entre cette grande lectrice et ces libraires qui deviendront ses amis révèle les personnalités des uns et des autres, mais aussi le cadre historique, l'Angleterre d'après-guerre, encore rationnée, et la difficulté de trouver certains livres au Etats-Unis. Un petit livre bien attachant, surtout lorsqu'Helene se lâche dans certaines lettres, comme celle-ci :

"24 mars 1950

Eh, Frank Doel, qu'est-ce que vous FAITES là-bas ? RIEN du tout, vous restez juste assis à ne RIEN faire.
 Où est Leigh Hunt ? Où est l'Anthologie d'Oxford de la poésie anglaise ? Où est la Vulgate et ce bon vieux fou de John Henry ? Je pensais que ça me ferait une lecture si robotative pour le temps du carême, et vous, vous ne m'envoyez absolument RIEN.
 Vous me laissez tomber, et j'en suis réduite à écrire des notes interminables dans les marges de livres qui ne sont même pas à moi mais à la bilbiothèque. Un jour ou l'autre ils s'apercevront que c'est moi qui ai fait le coup et ils me retireront ma carte.
 Je me suis arrangée avec le lapin de Pâques pour qu'il vous apporte un Oeuf, mais quand il arrivera chez vous il découvrira que vous êtes mort d'Apathie.
 Avec le printemps qui arrive, j'exige un livre de poèmes d'amour, pas Keats ou Shelley, envoyez-moi des poètes qui peuvent parler d'amour sans pleurnicher - Wyatt ou Jonson ou autre, trouvez vous-même. Mais si possible un joli livre, assez petit pour que je le glisse dans la poche de mon pantalon pour l'emporter à Central Park.
 Allez, restez pas là assis ! Cherchez-le ! Bon sang, on se demande comment cette boutique existe encore."

05/07/2014

La carte postale du jour ...

Dans l'abîme, voilà où était ma place ; dans les trous de serpents, les nids des rats, dans les repaires nauséabonds et visqueux des êtres maudits"
- Franz Werfel

samedi 5 juillet 2014.jpg

Je me souviens d'avoir découvert ce groupe gothique à cause, principalement, du nom de leur label : L'invitation au suicide, et d'avoir découvert grâce à celui-ci (et à son fondateur Yann Farcy), pêle-mêle, la peinture de Max Ernst et Fernand Khnoppf, les écrits d'Isidore Ducasse et ceux de Jean Lorrain, qui ont marqué mon adolescence et me hantent encore.
Je me souviens de cette légende qui disait que la superbe fille rousse qui officiait au magasin de disques Matchbox (à Genève) piquait les livrets des pochettes, et je n'ai donc pas été surpris d'avoir une copie de cet album sans livret à l'intérieur (et donc sans tracklist), ce qui ne m'a jamais trop chagriné jusqu'à ce jour.
Je me souviens avoir toujours pensé que l'album Catastrophe Ballet était le plus romantique de leur discographie, le plus bowiesque et de fait le plus réussi, aujourd'hui le seul que je puisse encore écouter, surtout sur les titres les plus lancinants comme ce troublant Blue Hour :

Can we coincide with drama?
WIll we live to tell our sons?
The cancer of childhood continues to grow
nine days seven times
lost our first to a thousand answers
lost our sight to to tide
can we look away
or must we look inside?
Or must we look inside?

Et c'est en dénichant ce Sabbat de Maurice Sachs que j'ai eu l'idée de ressortir le disque des Christian Death, allez savoir pourquoi... l'homosexualité de l'un et de l'autre ? le fait de "recycler", dans la littérature pour l'un et la musique pour l'autre, les douleurs de la vie ? Sachs est rancunier, avide, mesquin, et brillant, il mourra misérablement, laissant ce formidable journal (ici dans une ancienne version du livre de poche avec une couverture irrésistible!), et ce beau passage sur Max Jacob :

Contrairement à Cocteau, il faisait un bien véritable aux jeunes gens qui l'approchaient, parce que dans le tumulte de son caractère dénué de calculs, on distinguait assez vite la part de névrose et celle de bonté réelle. Et sauf qu'il vous poussait avec un peu trop d'entêtement au catholicisme (mais moins violemment que Bloy qui disait au visiteur impie : allez d'abord vous faire baptiser, revenez me voir ensuite"), il ne vous donnait que de bons conseils.
Il me rendit d'abord le signalé service de m'encourager à écrire un livre, que je n'ai jamais publié, mais qui me fit beaucoup de bien à écrire. (C'est extraordinaire comme cela vous vide de vos humeurs la composition d'un roman ! On y sue ses amertumes exactement comme on transpire ses acidités en faisant de la culture physique. C'est sans doute pour cela que tout le monde écrit de nos jours : par hygiène, notre époque étant la plus hygiénique que notre civilisation ait connue ; mais les livres étant écrits, il est recommandable de ne pas les publier, car toute publication engendre des humeurs nouvelles.)