Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Manoeuvres de diversion - Page 2

  • Ruines, de Pierre lepape...

    découvrir un livre en trois citations, quelques images et en musique...

    Lire la suite

  • Manoeuvres de Diversion, le retour... (Friction)

    Après deux ans d'absence, le blog Manœuvres de diversion (en attendant la nuit) ouvre ses portes à nouveau et sera maintenant dédié à la sortie de mon livre : Frictions (La Baconnière, 12 avril 2019).

     

    À suivre…

     

  • Une autre carte ...

    Si le blog est inactif, une carte inédite est toutefois disponible - et d'autres à venir - dans le journal La Couleur des Jours sous la rubrique Les sons et les mots (j'y parle d'Alain Nadaud, du groupe And Also The Trees, de Thoreau, un peu, de Pascal Rambert, de Bashung, et d'autres petites choses encore...

     

    lcdj_25.jpg

     

    et voici le lien vers le journal en ligne : http://www.lacouleurdesjours.ch/

  • La dernière carte ...

    "So this is permanent, love's shattered pride.
    What once was innocence, turned on its side."

    - Ian Curtis

    mercredi 21 décembre 2017.jpg

    Après près de deux cents chroniques croisées musique et littérature, Manœuvres de diversion (en attendant la nuit) se termine - un livre prendra le relai fin 2017. À noter aussi une soirée dédiée à Ian Curtis, en mai 2017 (avec expo, musique, performance... au Cabinet, à Genève).

    Merci à toutes celles et ceux qui ont pris le temps de lire ce blog. Un dernier disque, un dernier livre... 

     

    Isolation par Starchildren (en fait les Smashing Pumpkins).

    https://www.youtube.com/watch?v=Hob3WL7QBoU

     

    Extrait du (débordien) Entertainment!, de Francisco Masci (à lire en toute quiétudes aux éditions Allia) :

    "Au moment même où  l'homme perdait son unité dans la diffraction multiple de ses fonctions conséquente à la différenciation fonctionnaliste de la société moderne, il la retrouvait sous forme de promesse que les événements n'ont depuis jamais de cessé de renouveler. Avec la naissance de la culture absolue, la vie sociale des hommes a, par conséquent, migré vers cette sphère de la fiction autonome où le sujet, qui n'a pas d'autres relations qu'avec soi-même, pris dans cette inépuisable réflexion de soi sur soi, voit réduite à néant la contrainte du temps vécu."

     

     

  • La carte postale du jour...

     

    mercredi 20 décembre 2017.jpg

     

    Avec une pensée souriante pour Mix & Remix qui va bien me manquer et que je ne manquerais pas de relire à Berlin, Place Walter Benjamin, qui se trouve à quelques pas de notre hôtel habituel où nous étions descendu il y a quelques années encore pour passer un agréable séjour, loin du tumulte, comme dans une chanson de Little Nemo.

    https://www.youtube.com/watch?v=5JIG1pwDx54

    Extrait de Berliner Ensemble, l'un des plus beaux textes écrits à propos de Berlin, de Cécile Wajsbrot (publié dans la collection La Ville Brûle) :

     

    "L'ange de l'histoire, écrivain Walter Benjamin dans un texte inspiré de l'Angelus Novus de Paul Klee - son ultime texte avant de se donner la mort -, "Il a le visage tourné vers le passé... Il voudrait s’attarder, réveiller les morts, rassembler ce qui fut détruit. Mais une tempête souffle du paradis (...) qui l'entraîne irrésistiblement incessamment vers ce futur auquel il tourne le dos. (...) Cette tempête, voilà ce que nous appelons le progrès".

    Nous en sommes là aussi, au carrefour des temps, immobiles ou arc-boutés, incertains, à la recherche d'une direction, pris dans des vents contraires."